Financement de l’Economie : Le Dg de la Sgbs décortique les causes du déficit

  • Source: : Seneweb.com | Le 24 février, 2017 à 15:02:01 | Lu 6710 fois | 24 Commentaires
content_image

Georges Wega, le Directeur général du Groupe société générale au Sénégal.

Au Sénégal, le financement de l’économie est toujours une préoccupation majeure pour les entrepreneurs et surtout pour les autorités. En effet, les opérateurs économiques disent toujours souffrir pour trouver des crédits auprès des banques pour pouvoir financer leurs activités. Une situation sur laquelle le Directeur général du Groupe société générale au Sénégal, a donné son analyse.

Les risques que les banques ne veulent pas prendre

En effet, Georges Wega, lors de la célébration de l’an 1 du ‘‘Lab innovation’’ du groupe société générale, ce jeudi, explique que «plusieurs raisons peuvent justifier le décalage entre ce qui peut être attendu et ce qui peut être offert par les banques». Et la première réside surtout dans la prudence des banques à ne pas engager les ressources de leurs clients dans des mains risquées. «Une banque ne fabrique pas de l'argent. Ce sont des clients qui nous font confiance en déposant leurs fonds et nous, à notre tour, nous devons les placer de manière  responsable et sans prendre de risques qui pourraient mettre en péril les fonds de nos déposants. Donc quand on a en face de nous des clients  qui ne nous inspirent pas la confiance nécessaire pour prendre le risque de placer les fonds de nos clients, nous  faisons le choix de ne pas risquer les fonds de nos clients», explique le patron de la Sgbs.

Un bureau pour analyser le profil à risque du client

Pour lever ce premier écueil, M. Wega estime qu’il y a un vrai travail à faire avec tous les acteurs. «Les banques ont un rôle à jouer, les Etats ont un rôle à jouer, les clients aussi. Un travail de transparence, un travail d’ouverture pour permettre  la confiance nécessaire  pour gager les fonds de nos clients», indique-t-il. Le banquier révèle même, pour s’en réjouir, que  la banque centrale a mis en place un dispositif, précisément un bureau de crédits, qui va permettre de «mieux analyser et de mieux connaître le profil à risque des clients» et de permettre aux banques «d’aller plus rapidement dans les décisions de crédits».

Beaucoup de ressources courtes, peu de ressources longues

Les autres causes du problème sont structurelles, renseigne le banquier. «C’est liées à des secteurs, comme l’agriculture, qui sont encore bien moins maitrisées dans leurs chaines de valeurs. Des secteurs qui, pour la plupart, demandent un temps assez long pour réaliser des retours. Vous comprenez que dans nos banques, notamment les banques africaines, nous avons beaucoup de ressources de courte durée et des clients viennent nous demander des prêts sur des durées plus longues». Face à une telle équation, les banques ont besoin d’une adéquation sur la durée des ressources et la durée des crédits. Un problème que la mise en place de mécanismes de collecte d’épargnes longues, avec l’aide de la banque centrale, pourrait  solutionner. Ce afin «de pouvoir faire plus rapidement  et  plus efficacement  face à la demande de crédits  de longue durée qui est souvent celle  recherché par un certain nombre de clients».

M. Wega assure, cependant, que sa banque est «un des acteurs majeurs du financement de l'économie au Sénégal». Quant aux taux d’intérêt élevés, le patron de la Sgbs souligne que, en ce moment, sa banque opère une promo « avec un taux «à 5%, du jamais vu au Sénégal». «C'est notre manière d'accompagner l'économie. Donc on ne peut pas être indexée comme la banque qui pratique des taux élevés», indique-t-il.

Youssouf SANE


Auteur: Youssouf SANE - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (12)


Anonyme En Février, 2017 (16:07 PM) 0 FansN°: 1
VOILA UN QUI CONFIRME LA RECESSION DE NOTRE ECONOMIE.CHASSONS MACKY CE MENTEUR HORS PAIR DU PAYS AVANT LE DELUGE.IGNARD.
Reply_author En Février, 2017 (16:43 PM) 0 FansN°: 1
oû est ce qu'il l'a confirmé????????????
Reply_author En Février, 2017 (16:50 PM) 0 FansN°: 2
tu n'as rien compris , c'est dommage. on explique le mécanisme d'octroi de credit à long terme et tu r'emprends au président...
Reply_author En Février, 2017 (17:46 PM) 0 FansN°: 3
ce banquier qui se dit dg de la sgb est un vrai nullard. il ose dire que "notamment les banques africaines, nous avons beaucoup de ressources de courte durée et des clients viennent nous demander des prêts sur des durées plus longues»? ce problème connu sous l'appellation de "asymétries échéancieres" n'est pas un problème unique aux banques africaines. c'est le problème auquel font face toutes banques du monde. un exemple, le financement de l'habitat. les prêts pour l'achat des maisons sont sur une durée généralement longue pouvant aller de 15, 30 ou même jusqu'à 30 ans alors que les obligations des banques sont de courte durée yelled que les dépôts des clients ou les prêts interbancaires. les prêts hypothécaires ou mortgage loans sont les actifs des banques donc il y asymétrie échéanciers entre les actifs des banques (loans) d'une part, et leursobligations (liabilities). la raison de cette "maturity mismatch", comme c'est le terme en anglais, est du au fait que les banque veulent profiter de l'arbitrage dur la marge entre les deux taux. les taux sur les emprunts à court-terme sont moins hauts que les taux que les banques appliquent sur les prêts à plus long/terme. cette marge ou "spread" donné aux banques leur "net interest income"! c'est aussi simple que ca pour un banquier. borrow peter to pay paul ou lepp bouki soûler boulki!
Reply_author En Février, 2017 (01:03 AM) 0 FansN°: 4
certes les banques peuvent vendre leurs prêts outright à fannie mae ou freddie mack ou titriser elles mêmes leurs prêts et utiliser les mbs ou mortgage-backed securities comme "collateral sur le repo market. malheureusement, depuis l'après-crise, les nouvelles règles du dispositif de basel iii en matières de capitaux et de liquidités règlementaires ont affaibli le marché de la tritrisation. avant la crise, les banques dites advanced approch banks pouvaient obtenir un taux aussi bas que 7% à partir des securitization structures. après dodd-frank and basel iii, la federal reserve et les deux autres agences, occ et fdic, ont adopté un palier règlementaire ou minimum regulatory floor de 20% en vue d'éradiquer les "regulatory arbitrage. bref, le nonagency abs market est presque mort aux États-unis. il n'y a que les gse securities qui ont encore le vent en poupe.
Anonyme En Février, 2017 (17:57 PM) 0 FansN°: 2
Anonyme En Février, 2017 (18:06 PM) 0 FansN°: 3
VOUS ETES DES IMBECILES QUI VEULENT SOUTENIR LE REGIME VOMI DE CET INCAPABLE DE MACKY MAISV VOUS. SAVEZ TRES BIEN QUE LA SITUATION FINANCIERE DU PAYS EST LAMENTABLEMENT A TERRE.LA PAUVRETE EST PARTOUT AU SENEGAL SAUF DANS L'ENTOURAGE DE CE HIPPOPOTAME DE MACKY.
3 En Février, 2017 (19:18 PM) 0 FansN°: 4
merci
Anonyme En Février, 2017 (19:48 PM) 0 FansN°: 5
5% et il est content , pourquoi en france les taux de la société générale et idem pour la BNP ( bicis ) les taux sont deux fois moins chers .... c ' est devenu impossible d ' avoir un crédit dans ces banques , pour la bicis ce n ' est même pas au Sénégal que cela se décide c ' est en cote d ' ivoire , un dossier qui part a la plate forme avec avis favorable de dakar revient avec un dossier refusé , même si Dakar insiste !!!!! c 'est lamentable .  :frustre:  :frustre:  :frustre: 
Anonyme En Février, 2017 (20:45 PM) 0 FansN°: 6
Ce le DG dit est un gros étron:



Lorsqu'il dit que la banque ne fabrique pas d'argent c'est totalement faux toutes les banques commerciales ont la possibilité de créer de la monnaie scripturale, les dépôts ne font pas les crédits comme on a l’habitude de dire mais plutôt l'inverse .



Les banques commerciales ont la capacité de financer les entreprises bien au delà de ce qu elles ont comme dépôts des autres clients. Lorsqu'une banques vous prête de l'agent, elle ne fait que créditer votre comptes( par un jeu d’écriture) du montant et vous le voyez aussitôt dans celui ci. Elle ne prends pas l'argent d'un autre pour vous l'affecter .



LA VÉRITÉ :

C'est que les banques étrangère particulièrement française refuse de financer les nationaux pour s'approprier notre économie.

Elles se sucre avec l'argent des Senegalais et refuse de les financer. Et vous verrez les société françaises avoir des fond illimité pour investir dans tous les secteurs stratégiques quand les investisseur nationaux eux sont sur la touche.



SI TU EST PATRIOTE BOYCOTTE LES SOCIETE FRANCAISE C EST AUSSI SIMPLE QUE CA
Reply_author En Février, 2017 (10:27 AM) 0 FansN°: 1
bien dit. tout ça fait parit des conséquences du franc cfa. et mieux ils volent les projets des sénégalais pour leur donner à leur compatriote
Reply_author En Février, 2017 (20:20 PM) 0 FansN°: 2
ne soyons pas parano. arrêtons avec cette théorie du complot. c'est d'une grande naïveté de penser qu'une banque se priverait d'une bonne affaire dans le but de nuire à notre économie. et qu'est ce qui vous fait croire que dans les autres banques c'est mieux. il faut arrêter ce complexe qui fait qu'on s'en prend de façon systématique à tout ce qui est français. et il y a beaucoup d'approximations dans ton post qui semble exprimer des savoirs scolaires très éloignés de la vrai vie
Anonyme En Février, 2017 (20:46 PM) 0 FansN°: 7
poste N°4 tu ne connais rien du systéme bancaire fils de pute son of bitch
Anonyme En Février, 2017 (23:27 PM) 0 FansN°: 8
Pourtant en France les banques financent le secteur privé.Au Sénégal c'est grâce à notre économie que les banques réalisent des bénéfices,de gros bénéfices donc vous devez nous financer au lieu de transférer pratiquement tous vos bénéfices en France
Anonyme En Février, 2017 (01:22 AM) 0 FansN°: 9
Et c'est que vous regrettez le président Dia avec son Crédit Populaire du Sénégal pour le financement de l'agriculture, sicap, et autres secteurs en 61...

Du courage sénégalais, du courage...
Paco En Février, 2017 (07:06 AM) 0 FansN°: 10
Monsieur le banquier, quand, comme vous dites, les banques africaines notamment ont beaucoup de ressources courtes qui constituent un frein pour accorder des crédits de longue durée, ce n'est pas tout à fait vrai. En effet, les banques commerciales ont la possibilité de se refinancer en empruntant à leur tour à d'autres institutions financières,



Le vrai problème de fond des banques françaises implantées en Afrique c'est qu'elles veulent toujours pratiquer des taux de crédits prohibitifs, pour ne pas dire confiscatoires, sous le prétexte qu'elles ont face des profils de clients très risqués.

Or, on ne peut pas appliquer en Afrique les mêmes critères d'évaluation des risques qu'en Europe.Il faudrait plus pondérer votre évaluation des risques en tenant compte des spécificités africaines (notamment du secteur informel, du revenu moyen des clients,...).





Il est aujourd'hui inconcevable de pratiquer en Afrique des taux de crédit immobilier avoisinant les 10% !!! Ce sont des pratiques confiscatoires des ressources des africains.

Je pense que c'est également du ressort de la BCEAO de réglementer tout cela en contraignant davantage les banques occidentales notamment, de revoir leur politique de gestion des crédits en Afrique.

Zerohedge En Février, 2017 (09:39 AM) 0 FansN°: 11
@ Paco. Je partage votre opinion et je vais meme aller plus loin. Je pense qu'il faut plus d'imagination au niveau de la politique monetaire que je qualifie d'inerte et je pese bien mes mots. La Banque Centrale devrait devrait mener une politique monetaire qui vise une veritable expansion de nos economies a travers le credit a travers une redefinition du concept de risqué au niveau du systeme bancaire. Cela peut se faire avec l'aide des pays membres qui peuvent prendre en charge des garantie prets au niveau du systeme bancaire.Il est quand meme possible de creer un systeme de garantie qui pourrait inciter les banques a prendre beaucoup plus de risques dans l'octroi des prets pour financer l'economie.
Anonyme En Février, 2017 (13:44 PM) 0 FansN°: 12
Lol, le Franc Cfa est controle par le tresor public francais et ces Banques peuvent Faire ce quelles veulent (bceao marionette de la france) Si l'etat n'a pas assez de culot pour reclamer son independence financiere alors vous etes foutues. On ne pourra donc jamais adapter nos specificites locales au syteme de gestion des credits ou des risques. Disons nous la verite

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com