Aucun facteur ne plaide pour un ajustement monétaire du FCFA, (gouverneur de la BEAC)

  • Source: : Apanews | Le 24 août, 2017 à 15:08:43 | Lu 2151 fois | 7 Commentaires
content_image

Aucun facteur ne plaide pour un ajustement monétaire du FCFA, (gouverneur de la BEAC)

Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, a affirmé qu’«aucun facteur ne plaide (…) aujourd’hui pour un ajustement monétaire» du FCFA.

Dans une tribune publiée jeudi par la Lettre de la recherche, le magazine de l’Institut d’émission, il explique que les performances économiques, monétaires et financières de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont certes été négativement affectées au cours des 3 dernières années, mais que les mesures prises et en cours  ont permis d’accroitre la résilience de la sous-région.

Le souvenir de la dévaluation du FCFA de janvier 1994 reste encore vivace dans la mémoire des agents économiques, mais la situation économique actuelle dans la CEMAC est, selon lui, «bien différente de celle qui a prévalu à la veille de la dévaluation de 1994».

Et de dénoncer les auteurs d’informations annonçant une dévaluation imminente du FCFA, qui «ignorent cependant que ces rumeurs peuvent négativement affecter l’activité économique dans la CEMAC et amener les agents économiques et les investisseurs à reporter leurs décisions d’investissement ou à effectuer des sorties frauduleuses de devises».

En termes de grands axes de la transformation profonde des économies sous-régionales, Abbas Mahamat Tolli cite notamment l’intensification des efforts de diversification des bases productives et d’exportation, l’accélération des réformes structurelles, le renforcement des infrastructures de base, l’amélioration du climat des affaires et la promotion du secteur privé.

Le gouverneur de la BEAC se réjouit aussi du renforcement de l’intégration économique régionale, à travers la promotion du commerce intra-régional, la libre circulation des capitaux, des biens et des personnes, l’harmonisation des politiques sectorielles et l’accélération du Programme économique régional (PER), les programmes de redressement conclus avec le Fonds monétaire international (FMI), le renforcement de la surveillance multilatérale et l’unification des deux bourses des valeurs mobilières de Libreville (Gabon, BVMAC) et de Douala (Cameroun, DSX).

A titre d’exemple : les dépenses publiques en capital sont revenues de près de 7000 milliards FCFA en 2014 (13,8 % du PIB) à 4134 milliards FCFA en 2016 (9,3 % du PIB), soit une baisse de plus de 40%, un ajustement qui devrait être encore plus prononcé en 2017, avec les dépenses en capital revenant à près de 3000 milliards FCFA (6,7 % du PIB).

«Bien que la situation actuelle dans la CEMAC soit difficile, la réaction rapide, vigoureuse et coordonnée des autorités sous-régionales a permis de limiter la dégradation des agrégats macroéconomiques, repoussant ainsi les risques d’un ajustement monétaire.»

Moyennant ces efforts, en particulier dans le cadre du Programme de réformes économiques et financières (PREF-CEMAC) et des programmes conclus avec le FMI, les pays de la sous-région pourront tirer pleinement parti du régime de change en vigueur, dans leur quête pour l’émergence et le développement.

Abbas Mahamat Tolli se veut d’autant plus catégorique que, selon les études menées, les régimes alternatifs ne présentent pas un avantage comparatif décisif pour les pays de la CEMAC.


Auteur: Apanews - Apanews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Uniquevérité En Août, 2017 (16:26 PM) 0 FansN°: 1
Le sujet réel et actuel de ce moment est la réévaluation du FCFA et de changer de situation économique des pays qui sont affectés par la dévaluation de leur monnaie.



Une monnaie est la valeur d'un pays. Si cette monnaie ne permet pas d'avoir un pouvoir d'achat assez satisfaisant c'est certain qu'il faudra la réévaluer à sa juste prix.



Depuis 1994 les populations africaines rencontrent des difficultés pour l'achat de biens et services. La pauvreté gagne du terrain et tout le marché finit par ressentir les impacts négatifs de cette dévaluation. Les chinois sont arrivés sur le marché africain et ils ont raflé tous les marchés avec leur système de low cost. c'est normal qu'il ait une crise surtout en Europe qui était jadis le plus grand fournisseur de biens et services en Afrique.



Comment appauvrir son client actuel, potentiel en croyant qu'il va acheter tes produits alors que son pouvoir d'achat a baissé.....



Philein



 :nono:  :nono:  :nono:  :rigolo:  :rigolo:  :nono:  :nono: 
Anonyme En Août, 2017 (16:47 PM) 0 FansN°: 2
Je constate que l’administrateur de Seneweb n’est pas démocrate il enlevé certains commentaires éducatifs qui ne sont pas des injures. J’ai l’impression qu’il prend part.
Anonyme En Août, 2017 (17:45 PM) 0 FansN°: 3
Gouverneur,

Dites nou spourquoi la france doit garantir le francs CFA,alors le francs francais ( qui n'existe plus) et l'euro ne sont garanti par ien parceque etant des monnaies fiduciaiare?
Khatior-bi En Août, 2017 (19:08 PM) 0 FansN°: 4
On se souvient de la fameuse phrase de Abdou Diouf: IL N'Y AURA PAS DE DEVOLUTION. Se placant juste derriere la Cote D'Ivoire il savait bien qu'elle aura lieu. Une d'evaluation aura lieu. Les presidents n'y peuvent rien, alors pensez vous que le gouverneur a lui seul peut offrir cette garantie.
Reply_author En Août, 2017 (11:34 AM) 0 FansN°: 1
il y a trop d amalgames savamment entretenus. la beac c'est différent de la bceao. ce sont deux espaces unions monétaires indépendantes et différentes
Wokhe Bou Wer En Août, 2017 (21:47 PM) 0 FansN°: 5
@post 4 kathior bi



Kathior c'est vrai mais tu dis la vérité

Comme toi, je vois difficilement un gouverneur de banque s'opposer à l'application d'une décision déjà prise.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com